Transports

Retour

1/ Prendre l'avion au Chili

Compte tenu de la géographie longiligne du pays et de l'absence de routes dans certaines régions comme la Patagonie du nord, prendre l’avion au Chili permet de réduire les temps de transport. C’est en effet le moyen le plus simple et le plus pratique pour parcourir de longues distances (exemple : environ 2h d’avion entre Santiago et Calama au nord au lieu de 24h de bus). 

Des vols quotidiens sont assurés entre les grandes villes. Pour passer du Nord au Sud du Chili, tous les vols transitent par Santiago. Par contre, dans le sud, il existe des liaisons internes : Puerto Montt – Punta Arenas, Balmaceda – Punta Arenas. Dans le Nord, il y a quelques liaisons : La Serena – Antofagasta, Antofagasta – Iquique, Iquique – Arica.  Il y a deux compagnies aériennes principales qui opèrent : Lan et Sky Airlines.

Avec une arrivée internationale avec Iberia, ou Lan, il y a la possibilité de bénéficier d’un pass  à tarif préférentiel avec la compagnie Lan pour les vols intérieurs. Avant d’acheter vos billets d’avion, il vaut donc mieux comparer l’ensemble des tarifs de tous les vols (internationaux et intérieurs) pour choisir la meilleure solution et opter pour la moins chère.

2/ Prendre le bus au Chili

Le bus est le mode de transport le plus commun au Chili utilisé par beaucoup de Chiliens. Les bus relient toutes les villes (et villages aussi) et il y a souvent le choix dans les horaires. Il existe de nombreuses compagnies de bus dans tout le pays et les terminaux de bus ressemblent à de vrais aéroports. Les bus sont ponctuels, confortables et efficaces. Les chauffeurs sont très professionnels et souvent au nombre de deux sur les longs trajets pour se relayer. Une hôtesse est parfois présente sur les longues distances vous servant les repas à bord, jus de fruits, café et thé.

Il existe plusieurs niveaux de confort : du simple siège (silla) au lit (cama executive) en passant par le siège inclinable à 90° (semi-cama). Le bus est un peu plus économique que l’avion quand on possède un pass aérien, l’économie se faisant surtout avec la nuit dans le bus au lieu de l’hôtel. Mais il ne faut pas être pressé car les distances sont souvent très longues. Dans  tous les cas, prévoyez des vêtements chauds car la climatisation est forte et des boules Quies car la télévision est omniprésente, et aussi n’oubliez pas le pourboire au bagagiste qui se charge de votre bagage en soute.

En dehors des vacances et longs week-end, il n'est pas nécessaire de réserver plusieurs jours à l'avance ; quelques heures suffisent.

Les tarifs varient en fonction des compagnies et du confort dont dispose le bus. Il ne faut pas hésiter à comparer.

3/ Prendre le bateau au Chili

Le bateau au Chili est utilisé pour les excursions touristiques. A Valparaiso, vous trouverez notamment des embarcations pour faire le tour de la baie. Entre Puerto Montt et Punta Arenas, il existe des bateaux qui font du transport de marchandises et d'autres qui proposent des croisières d'un ou plusieurs jours pour partir à la découverte des fjords ou des glaciers (San Rafaël en Patagonie du nord).  Depuis Puerto Natales, vous pourrez prendre un bateau pour faire une approche des glaciers Balmaceda et Serrano et même pour pénétrer dans le Parc Torres del Paine. Enfin, des croisières de plusieurs jours partent depuis Punta Arenas en passant par le Cap Horn pour rejoindre Ushuaïa en Argentine ou l’Antarctique.

4/ Prendre le train au Chili

Le système de train n'est pas ou plus développé au Chili. Bien qu'il ait connu une période de croissance au début du XXème siècle, les voies ont été peu à peu délaissées et sont mal entretenues. Aujourd'hui, seuls quelques tronçons peuvent être réalisés en train : dans la région entre San Fernando et Temuco. Toutefois, mieux vaut bien se renseigner avant de prévoir ce moyen de locomotion...

5/ Location de voiture au Chili

Il est possible de louer une voiture au Chili car de nombreux loueurs internationaux y sont implantés. Certains trajets sont même recommandés en voiture afin de profiter au mieux des paysages, des villages et ainsi découvrir le Chili à son rythme, hors des sentiers battus. Dans le nord du pays, les régions autour d'Arica et de San Pedro de Atacama sont intéressantes à parcourir en voiture. Vous pourrez y découvrir des salars (Surire, Atacama, Chaxa, Tara...), atteindre le pied des volcans, mais aussi longer l'océan Pacifique aux abords d'Iquique. Les routes principales sont très bonnes, larges  et goudronnées (Panaméricaine), mais il vaut mieux prévoir un 4x2 ou un 4x4 pour sortir des sentiers battus et monter sur l'altiplano. Plus au sud, la région des lacs et des volcans (Puerto Montt, Puerto varas, Pucon, Villarica) vaut aussi le détour. Vous pourrez ainsi faire le tour des grands lacs, atteindre les parcs et réserves naturelles et visiter les petits villages de pêcheurs sur l'Île de Chiloé. Enfin, tout au sud, il peut aussi être utile d'avoir un véhicule (4x2 ou 4x4) pour parcourir l'ensemble du parc Torres del Paine qui s'étend sur  181 000 ha.

De manière générale, les routes sont plutôt bonnes si on reste sur les grands axes. Par contre, si on préfère jouer les « aventuriers », mieux vaut prévoir un véhicule tout terrain pour aborder les pistes. Attention, dans certaines régions peu fréquentées (Salar de Surire au nord, Lagunas Miscanti et Meniques dans la région d'Atacama, la Route Australe en Patagonie du nord) les stations essence sont rares, mieux vaut prévoir des bidons d'essence. Au Chili, le fait de prendre le véhicule à un endroit et de le restituer à un autre vous coûtera des frais kilométriques d’abandon de véhicule. Mais aucun problème de sécurité, la voiture est un moyen très sûr. Il n'est pas nécessaire de recourir aux services d'un chauffeur.

6/ Distances et temps de transport

Tableau transports Chili