INFORMATIONS PRATIQUES BRÉSIL

Climat & Géographie du Brésil

1/ Le climat au Brésil

Bien qu’immense, le Brésil se situe presque entièrement dans la zone tropicale, ce qui lui vaut un climat chaud et humide aux saisons peu marquées. Le sud (Florianopolis, Porto Alegre) connaît toutefois un hiver de juin à septembre où les températures peuvent descendre au-dessous de 20° C en journée. En été (de décembre à mars), il fait très chaud mais les nuits sont fraîches, la mer n’est jamais très chaude dans cette région.

A Rio de Janeiro en hiver, les températures sont agréables (mini 18°C -maxi 25°C) et la mer est fraîche. En été, la chaleur est étouffante et il peut pleuvoir en fin de journée (grosses averses tropicales). La température de la mer est d’environ 25°C.
Dans la région du Minas Gerais et de la capitale Brasilia, la saison sèche (de mai à septembre) est très marquée. En été, les nuits sont agréables et en hiver, elles sont assez fraîches avec parfois du vent.

A Salvador de Bahia et dans la région Nordeste, en été, il fait très chaud et parfois un peu lourd. Des averses en fin de journée sont à prévoir mais de courte durée. La saison de pluie commence en avril et finit début août. La meilleur période pour visiter la région est de septembre à mi-décembre.

En Amazonie (Manaus, Belém), la saison sèche (de juin à octobre) est la plus indiquée pour séjourner dans la région. Sachez toutefois que c’est une région chaude, humide et pluvieuse, donc des averses peuvent survenir à tout moment.

Au Pantanal (Campo Grande, Bonito, Cuiaba), la saison des pluies (d’octobre à mars) inonde deux tiers des grandes plaines rendant le séjour presque impossible. La meilleur période pour visiter la région est pendant la saison sèche d’avril à septembre où les températures peuvent atteindre 40°C à Cuiaba (une des villes les plus chaudes du Brésil).

2/ La meilleure saison pour un voyage au Brésil

Le Brésil se visite bien toute l’année.
La meilleure saison pour visiter l’ensemble du Brésil se situe de juillet à novembre.

3/ Températures (en degrés centigrades, maxi à l'ombre)

Tableau températures Brésil 

4/ Pluies (hauteur en millimètre par mois)

Tableau pluie Brésil

5/ La géographie du Brésil

Le Brésil occupe presque la moitié de l’Amérique du Sud, il est le cinquième plus grand pays au mode. C'est est une république fédérative divisée en 26 Etats et un district fédéral, l’ensemble divisé en 5 régions administratives : Nord, Nordeste, Centre-Ouest, Sud-Est et Sud.

Le Nord est composé de 7 Etats : Acre, Amazonas, Amapa, Rondonia, Roraima, Para et Tocantins. C’est la plus vaste région du Brésil. L’Amazonie couvre 4 millions de km² de ce territoire abritant des milliers d’espèces de plantes, d’oiseaux, de papillons et de poissons ainsi que des mammifères et reptiles. Plusieurs tribus indiennes (Xingu, Yanomami, Karaja, …) vivent encore sur ce territoire mais ils doivent se battre contre la déforestation au profil de  l’agriculture intensive et de l’élevage de bovins.

Le Nordeste est composé de 9 Etats : Maranhão, Piaui, Ceara, Rio Grande do Norte, Paraiba, Pernambuco, Alagoas, Sergipe et Bahia. C’est la région la plus traditionnelle et la moins développée du Brésil. Les grands propriétaires terriens concentrent les immenses propriétés privées du centre du pays et ont une influence politique considérable.
Le Centre-Ouest est composé des Etats de Mato Grosso, Goiaas, Mato Grosso do Sul et du district fédérale. C’est la région la moins peuplée du Brésil avec des hauts plateaux arides, la région de marais (Pantanal) et la forêt tropicale (Amazonie).

Le Sud-Est est composé de 4 Etats : Espirito Santo, Minas Gerais, Rio de Janeiro et São Paulo. C’est la région la plus urbanisée et la plus industrialisé du pays. Elle abrite 40% de la population.
L’agriculture (lait, café, canne à sucre, agrumes) de haut rendement d’origine coloniale se concentre dans les Etats du Minas Gerais et São Paulo. L’industrie (automobile) est plutôt dans la banlieue de la ville de São Paulo avec son port de Santos qui exporte l’essentiel de la production nationale.

Le Sud est composé des Etats du Parana, Santa Catarina et Rio Grande do Sul. Terre de gauchos (les cowboys brésiliens) et des vastes plaines (la Pampa) marquées par un climat subtropicale humide. Le Sud est marqué par l’étonnant mélange de cultures européennes et de racines africaines et indiennes. Il abrite le site naturel des chutes d’Iguaçu et la ville de Curitiba, modèle de planification urbaine.

Le Brésil est le pays le plus riche au monde par sa biodiversité. Il abrite 5 écosystèmes : la jungle (Amazonie), le cerrado (végétation typique de la région Centre-Ouest), la caatinga (végétation des terres semi-arides de la région Nordeste), la forêt tropicale (Mata Atlantica) et les marais (Pantanal).

Carte du Brésil

Carte touristique Brésil
Télécharger la carte

1/ Quelques données

Superficie : 8 547 877 Km² (6 fois la France) avec 27 États
Population : 201 millions d'habitants.
Densité : 24 habitants/km²
Capitale : Brasilia, 2 789 764 millions d’habitants.
Autres villes : São Paulo (19 millions d’habitants), Rio de Janeiro (11 millions d’habitants), Belo Horizonte (5 millions d’habitants), Recife (3,7 millions d’habitants), Fortaleza (3,6 millions d’habitants), Salvador (3,5 millions d’habitants), Curitiba (3,1 millions d’habitants), Manaus (2,1 millions d’habitants).
Point culminant : Pico da Neblina (2 994 m) en Amazonie.
Plus long fleuve : Amazone (6 937 km, le plus long du monde).
Pays limitrophes : Guyane Française, Suriname, Guyane, Venezuela, Colombie, Pérou, Bolivie, Paraguay, Argentine, Uruguay.

Formalités & Visa au Brésil

Le passeport doit être valable au moins 6 mois à partir de la date d’entrée au Brésil. Cette régle s’applique pour les Français, les Belges et les Suisses.
Le visa n’est pas obligatoire pour les Français, les Belges et les Suisses si le séjour ne dépasse pas 3 mois.
A l’arrivée, la douane vous remettra une « cartão de entrada e saida ». Vous devrez la conserver pendant tout votre séjour.  Ce papier vous est demandé à la sortie du pays :si vous ne l’avez pas, vous serez obligé de payer une amende (environ 100 Reais).

A la douane, tout objet dont la valeur est supérieure à 430 euros doit être déclaré à la douane et acquitté de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Vous avez le droit de transporter :

  • Cigarettes : 200 unités
  • ou Cigarillos : 100 unités
  • Tabacs à fumer : 250 g
  • Cigares : 50 unités
  • Vins non mousseux : 4 litres
  • Bières : 16 litres
  • soit Boissons de plus de 22° : 1 litre, soit Boissons de 22° ou moins : 2 litres.

Nous vous conseillons de consulter le site de la douane pour toute information complémentaire : www.douane.gouv.fr/articles/a10799-franchises-douanieres-et-fiscales-en-valeur-et-en-quantites.

Vie pratique au Brésil

1/ Langue

Au Brésil, la langue est le portugais, toutefois si vous parlez espagnol vous parviendrez à vous faire comprendre.
L’anglais n’est parlé que par la classe aisée brésilienne dans les grandes villes et le français très rarement.
Apprenez les mots de base, car plus vous maîtrisez le portugais, plus les Brésiliens apprécieront vos efforts.

Quelques mots :

Bonjour / au revoir = bom dia / tchau
Merci = obrigado (obrigada utilisé par les femmes)
Merci beaucoup = muito obrigado(a)
Oui / non = sim / não
S’il vous plaît = por favor
Excusez-moi/pardon  = com licença, desculpa, perdão
De rien = de nada

2/ Décalage horaire

Il y a entre 3 et 5h de moins qu'en France selon la saison.
Le Brésil a 4 fuseaux horaires, avec 1h de décalage pour chacun d’eux :

  • le fuseau horaire de Fernando de Noronha, archipel situé à 400km au large de Natal.
  • le fuseau horaire de Brasilia, utilisé à Rio, Iguaçu et Salvador.
  • le fuseau horaire de Manaus, utilisé à Bélém, Campo Grande et Cuiaba.
  • le fuseau horaire du Acre

Donc, aucun brésilien de Rio ne pourra vous dire l’heure de Manaus.

Nous vous conseillons un site que pourra vous aider à vous en sortir :  www.horlogeparlante.com/horloge-mondiale.html

3/ Courant

D’une région à l’autre, le courant peut être de 110V ou 220V (60Hz). Les prises sont à 2 trous ronds ou 2 fiches plates. Un adaptateur est conseillé.

4/ Téléphone & Internet

C’est assez compliqué depuis que l’Etat a privatisé les compagnies de télécommunication.

Les opérateurs les plus utilisés sont Embratel/Claro (21), Oi (31) et Vivo (15).

Depuis la France vers le Brésil, rajoutez 00+55 + (code de la ville du Brésil) + numéro de téléphone.

Depuis le Brésil vers la France, rajoutez 00+ (code opérateur)  + 33 (code pays) + numéro de téléphone sans le 0 (Exemple : 00 21 33 4 50 46 90 25).

Depuis le Brésil vers le Brésil (même ville), rajoutez 0 + (code opérateur) + (code de la ville) + numéro de téléphone. (Exemple : 0 15 21 42 93 05 si vous êtes à Rio et appelez à Rio).

Depuis le Brésil vers le Brésil (autre ville), rajoutez 0 + (code opérateur) + (code de la ville) + numéro de téléphone. (Exemple : 0 15 21 21 42 93 05 si vous êtes à Rio et appelez depuis Brasilia).

Les codes villes sont : Rio/Petropolis (21), São Paulo (11), Salvador/Praia do Forte (71), Iguaçu (45), Brasilia (61), Fortaleza (85), Recife/Olinda/Porto de Galinhas (81), Belo Horizonte/Ouro Preto (31), São Luis (98), Manaus (92), Parati/Ilha Grande/Angra dos Reis (24), Buzios (22), Porto Alegre (51), Natal (84), Belém (91), Campo Grande (67), Cuiaba (65), Florianopolis (48)

Dans les villes importantes ou lieux touristiques, vous n'aurez aucun mal à trouver des « cyber cafés » et on trouve de plus en plus de lieux proposant le wifi, en particulier dans les hôtels d'un certain niveau et les cafés et restaurants présents dans les grandes villes.

Monnaie & Argent au Brésil

1/ Monnaie et argent

La monnaie au Brésil est le Real (R$) et au pluriel : reais.
1 EUR = 3,60 R$ (cours du 01/10/2016) - Voir le cours actuel du Real brésilien ici.
Prévoir de petites coupures ou des pièces pour les pourboires.

Inutile d’acheter des dollars avant de partir, l’euro se change très bien au Brésil. Vous trouverez plusieurs bureaux de change (casas de cambio) à des taux corrects dans les grandes villes. Ils sont ouverts généralement de 9h à 18h et certains aussi le week-end.
Dans le reste du pays, vous trouverez également de quoi changer du liquide dans les villes touristiques.

Concernant les retraits d’espèces, vous pourrez retirer aux guichets automatiques (en général retrait maximum de 1 000 reais soit environ 230€ et à partir de 22h du soir 100 reais soit environ 23€) situés dans les banques ou centres commerciaux. Il faut que le logo de VISA ou MASTERCARD soit collé sur la machine pour pouvoir retirer avec la carte bancaire internationale. Je vous conseille la HSBC et Banco do Brasil. La « Banco 24h » prend des frais pour le rentrait (en plus des frais de votre banque).
ATTENTION : il faut avertir votre banque que vous partez au Brésil car ils peuvent bloquer l’option retrait d’argent à la première tentative (par sécurité).

La carte bancaire peut également être une solution de paiement : les restaurants, hôtels et boutiques acceptent la Visa ou la Mastercard. Toutefois, renseignez-vous auprès de votre banque pour savoir le taux de commission perçue à chaque transaction.

2/ Le coût de la vie au Brésil

Le coût de la vie a beaucoup augmenté au Brésil avec une inflation annuelle de 10%. Dans certaines grandes villes, comme Rio ou São Paulo, le coût de la vie est similaire à la France voire plus cher. Dans les régions comme le Minas Gerais ou le Nordeste, le coût de la vie devient plus abordable.  Voici quelques exemples :

  • une bouteille d’eau de 250 ml coûte environ 2 reais (0,46€) dans la rue et 5 reais dans la restaurant (1,15€) ;
  • un repas complet pour une personne (plat + vin) entre 30 reais (7€ - très bon marché) et 90 reais (21€ - plus chic !);
  • un ticket de bus ou de metro, 3,80 reais (0,87€);
  • la visite en train du Corcovado, plus ou moins 75 reais (17,30€).

3/ Taxes et Pourboires

Les taxes sont incluses dans le prix de tous les achats, toutefois les prix sont rarement affichés au Brésil (surtout dans les boutiques plus populaire ou de luxe).

Dans les restaurants, un pourboire de 10% est souvent inclus dans la note, mais si vous avez apprécié le service, vous pouvez donner plus. La question du pourboire est toujours sensible. Il est à déterminer selon votre appréciation, la qualité de l’attention reçue, la durée des services effectués et de l’intensité du travail fourni.
Si vous avez un guide aux étapes, il est d’usage de lui laisser un pourboire à la fin du séjour. Vous pouvez prévoir 10 à 15 R$ par jour et par personne pour une excursion collective et 20 à 30 R$ par jour et par personne pour une excursion privative. Pour les chauffeurs, prévoyez 5 R$ par jour.

4/ Quelques conseils

  • Si vous séjournez dans la région Nord, voici quelques idées d’achats :  la céramique marajoara (d’Ilê de Marajo), les colliers en graines faits par les indiens, les sacs tissés ;
  • Si vous séjournez dans la région Nordeste : les figurines en terre cuite peintes aux couleurs vives, les bouteilles avec du sable coloré, les hamacs, tapis et couvertures, les napperons blancs aux multiples dentelles, un pantalon de capoeira, les bracelets porte-bonheur ;
  • Si vous séjournez dans la région Centre-Ouest : céramique, objets en bois ;
  • Si vous séjournez dans la région Sud-Est : un maillot de bain, des tongs, un CD-de musique, des objets fabriqués en « pedra sabão » (lisse et marbré) ;
  • Refusez systématiquement les billets scotchés ou déchirés sur les bords : il vous serait impossible de vous en servir ;
  • Pensez à garder sur vous de la monnaie et des petites coupures.

Vaccin, Santé & Sécurité au Brésil

1/ Vaccins et traitements conseillés pour un voyage au Brésil

Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour les voyageurs en provenance de la Guyane française, de la Bolivie, de la Colombie, d l’Equateur, du Pérou et du Venezuela.
Aucune vaccination n'est administrativement obligatoire pour les voyageurs en provenance d'Europe et se rendant au Brésil. Cependant, les suivants sont conseillés :

  • D.T. Polio (diphtérie-tétanos-poliomyélite);
  • Hépatite A
  • Pour l’hépatite B, vérifiez avec votre médecin
  • Fièvre-jaune, surtout pour un séjour en Amazonie et au Pantanal.
  • Traitement anti-palu recommandé, surtout pour un séjour en Amazonie et au Pantanal.

Vous pouvez demander des renseignements à l’Institut Pasteur (www.pasteur.fr) ou sur www.sante.gouv.fr

Si vous avez un problème médical au Brésil, les ambassades peuvent vous indiquer les coordonnées des médecins, dentistes, pharmaciens et services d’urgence.
Si vous avez besoin d’appeler une ambulance composez le 192.

2/ Nourriture

Lors de votre voyage au Brésil, il convient d’observer une précaution de base : ne pas boire l’eau du robinet et éviter les glaçons.

Après, n’hésitez pas à goûter cette cuisine pleine de saveur avec des apports portugais, indiens, japonais, italiens, libanais, africains, allemands et indigènes.

Du Nord au Sud du pays, la variété des plats est importante. Voici quelques exemples :

  • Feijoada : plat national à base de haricots noirs mijotées avec du porc salé
  • Farofa : farine de manioc revenue avec du beurre, œufs, carottes et oignons
  • Moqueca de peixe ou camarão : plat de la région de Bahia, mélange de poisson ou crevette cuit avec du lait de coco, tomate, poivron, coriandre et huile de dendê.
  • Churrasco : grillade de viande (normalement du bœuf), très populaire.
  • Carne de sol ou carne seca : viande de bœuf salée et séchée.
  • Pato no Tucupi : plat de l’Amazonie, à base de canard, ail, jus de citron, racine de manioc et feuilles de jambu (plante d’Amazonie).

3/ Sécurité

Au Brésil, il n’y a pas de problème majeur, excepté des vols dans les grandes villes. Mais comme partout ailleurs, tout voyageur se doit de respecter quelques règles simples :

  • Ne jamais confier ses documents officiels à quiconque et toujours avoir sur soi une photocopie de son passeport.
  • N’afficher aucun signe extérieur de richesse.
  • Ne pas laisser ses effets personnels sans surveillance ou ne pas les confier à des inconnus.
  • Habillez-vous simplement sans ostentation.
  • Sortez avec le minimum nécessaire, vous pouvez laisser le plus important dans le coffre de votre hôtel. Si vous devrez emporter des affaires, nous vous conseillons d’avoir un sac en bandoulière plutôt qu’un sac à dos.
  • A la plage, n’emportez que le strict nécessaire (serviette ou paréo, crème solaire, lunettes de soleil et des petites coupures pour les boissons).
  • La nuit, préférer prendre un taxi que de marcher à pied.
  • Utilisez les distributeurs de billets aux horaires d’ouverture des banques et jamais la nuit.
  • Effectuez vos changes dans les bureaux officiels, ne gardez sur vous que l’argent indispensable pour la journée, évitez les grosses coupures, évitez de laisser votre portefeuille dans la poche arrière de votre pantalon.
  • Si malgré toutes les précautions, vous vous faite volez, videz vos poches et ne résistez pas.

Transports au Brésil

1/ Prendre l'avion au Brésil

Prendre l’avion au Brésil est devenu plus accessible depuis quelques années, vu la taille du pays. C’est en effet le moyen le plus simple et le plus pratique pour parcourir de longues distances. Il existe différentes compagnies telles que LATAM, Gol Linhas Aereas, Azul ou encore Trip.

2/ Prendre le bus au Brésil

Le bus est le moyen de transport préféré des voyageurs brésiliens. Vous avez plusieurs options de bus : le « convencional »  peu confortable (à utiliser pour des courtes distances < 4h), le « semi-leito » plus confortable (avec sièges inclinables à 62°, service de bord, climatisation, en-cas, couverture) et le « leito » au même confort que le « semi-leito » avec siège inclinable (65°) et moins de passagers (à utiliser pour les longues distances). Les arrêts sont effectués uniquement dans les stations qui ont un accord avec la compagnie de bus ou aux gares routières.

3/ Se déplacer à vélo au Brésil

Le vélo est un bon moyen de locomotion pour visiter certaines villes comme Rio, Curitina, Florianopolis et Recife. Lorsque c’est possible, louez un vélo.
Pour les plus sportifs, voici quelques exemples de sites à découvrir à vélo :
*la « Estrada Real » qui relie Diamantina à Parati (1 600 km) est une bonne option pour les amoureux de la nature et de la culture. Un trajet plus court (11 km) relie Ouro Preto à Mariana et peut être réalisé par tous.
*Au Sud du Brésil, la Vallée «dos Vinhedos » propose un circuit avec un tour de la région des vignobles et un beau panorama de la Serra Gaucha. Le premier circuit réalisé pour le cyclotourisme au nord de Santa Catarina fait une boucle de 300 km et passe par des jolis paysages recouverts de Mata Atlantica, plusieurs cascades et ruisseaux.
*Dans l’Etat de Bahia, le Parc National de la Chapada Diamantina peut combiner le vélo avec les visites de grottes, cascades et fleuves. Sur la « côte de la découverte » (Costa do Descobrimento), il est possible de découvrir les belles plages de Trancaso et Arraial d’Ajuda à vélo.

4/ Prendre le train au Brésil

Le train n’est pas utilisé pour le transport de passagers mais plutôt pour le transport de marchandises. Il existe des trains touristiques comme la Serra Verde que relie Curitiba à Paranagua ou le train du Pantanal qui relie Campo Grande à Bonito.

5/ Location de voiture au Brésil

Conduire au Brésil est possible mais il faut vous munir d’une bonne dose de patience car la conduite brésilienne est assez étonnante.
Comme chaque Etat doit gérer son budget d’investissement, certains ont de très bonne routes (comme São Paulo ou les régions du Sud) et d’autres sont généralement en mauvais état (comme le Nordeste). Attention aux déformations de la chaussée (assez imprévues). En dehors des grandes axes, la signalisation est quasi inexistante, la plupart des panneaux sont caché par la nature, le GPS ou une carte routière locale (type 4 Rodas) sont fortement conseillés.
Limitation de vitesse : 30-50km/h en ville, de 80-100 km/h sur route et 110km/h sur autoroute et 120 km/h sur une deux voie.
Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire et un permis de conduire international est exigé, il faudra présenter également votre passeport.
Votre véhicule peut être type « Flex » qui accepte les deux combustibles : l’essence (gasolina) et le « alcool ». Si vous faites de longs trajets, il est plus intéressant d’utiliser de la gasolina et si vous faites de petit trajets, l’alcool est plus conseillé.
Eviter de rouler la nuit pour profiter des beaux paysages que le pays vous réserve.

6/ Distances et temps de transport

Tableau transports Brésil 

Hébergement au Brésil

Il est important de définir quel type de logement correspond à vos souhaits pour vous offrir le meilleur voyage possible.
Le Brésil propose différents types d’hébergement du plus simple (auberges, pousadas) au plus luxueux (hôtels et resorts).
La majorité des hébergements au Brésil inclus le petit-déjeuner (café da manhã) et les horaires d’arrivée et de sortie sont 12h-14h.

Certaines périodes de l’année, les hôtels imposent des forfaits obligatoires de nuitées et les tarifs sont très élevés. Voici certaines périodes à prendre en compte lors de l’organisation de votre voyage : Nouvel An, Carnaval, Semaine Sainte, Indépendance du pays (septembre), Noël et vacances scolaires brésiliennes (juillet et décembre-février).

La classification hôtelière au Brésil est assez floue, certaines Pousadas sont des hôtels, certains hôtels sont des pousadas. Pour éviter cette confusion, nous avons divisé les hôtels en trois catégories : standard, confort et luxe et fait une catégorie à part pour les Pousadas.

1/ Les Pousadas

Les pousadas sont un type d’hébergement typique du Brésil. Au Portugal, une « pousada » est un hôtel de luxe mais au Brésil, il est synonyme d’hébergement de charme et de petite structure. Les prestations sont basiques : chambre privée avec salle de bain et petit déjeuner mais certaines peuvent  aussi avoir une piscine et d’autres atouts (climatisation, wifi, restaurants, bar).

2/ Hôtel Standard

L’hôtel standard est équivalent à un 2/3* norme française : simples, propres, salle de bain privée mais sans luxe et sans grand charme. Les chambres sont confortables équipées de télévision, climatisation, minibar, accès internet payant. Les bâtiments sont modernes et les services simples pas de piscine, pas de restaurant.

3/ Hôtel Confort

L’hôtel confort est équivalent à un 3/4* norme française : bâtiments modernes bien décorés, réception avec du personnel bilingue, restaurant, bar, service d’étage et piscine. Nous pouvons ajouter à la catégorie d’hôtel confort les hôtels de charme.

4/ Hôtel Luxe

Plusieurs hôtels de grandes chaînes internationales cinq-étoiles sont installés au Brésil (Mariott, Sheraton, Orient Express,) ainsi que certains bijoux comme l’hôtel Relais & Châteaux Santa Teresa. Nous pouvons ajouter à la catégorie d’hôtel luxe les boutiques hôtels.

5/ Les Resorts

Ce sont des complexes hôteliers situés en bord de mer qui proposent plusieurs services. Ils peuvent être des hôtels confort ou luxe selon la catégorie des prestations (spa, golf, casino,..). La majorité des hôtels situés dans le complexe ne sont pas « all inclusive » mais proposent un service de pension complète. Actuellement, l’unique exemple d’hôtels « all inclusive » au Brésil est le Resort Costa do Sauipe situé à 76km au Nord de Salvador de Bahia.

6/ Ecolodges ou Lodges

Ce sont des hébergements situés dans des sites isolés, dans la forêt, communément utilisés pour les séjours en Amazonie. Le confort est simple, le courant limité ; ce type d’hébergement est conseillé pour les amoureux de la nature et pour ceux qui acceptent un confort basique.

7/ Les Motels

Ce type d’hébergement a une connotation complétement différente de celle aux Etats-Unis. Ils sont également situés au bord des axes routiers mais au Brésil, les Motels sont destinés uniquement aux plaisirs galants. Nécessité sociologique due aux familles nombreuses sans beaucoup d’espace d’intimité.

Culture & Histoire du Brésil

1/ Histoire

On estime qu’environ trois millions d’indiens vivaient au Brésil quand le premier européen, Pedro Alvares Cabral est arrivé sur les côtés de Salvador (à Porto Seguro) le 22 avril de 1500.
Il a fallu 30 ans pour que le roi du Portugal, João III, commence à s’intéresser au le pays et en 1531, il envoya les premiers colons. Les obstacles rencontrés par les colons ont été nombreux : le climat, les conflits avec les communautés indiennes et les attaques effectuées par les français (pour l’exploitation du bois, le « pau brasil ») et les hollandais.

En 1549, le roi de Portugal envoya Tomé de Sousa pour gouverner le Brésil, il est accompagné par les premiers prêtes jésuites  et s’installe à Salvador qui devient la capitale du pays.
A cette période, le commerce du sucre est une activité en plein essor et la main-d’œuvre pour le travail dans les champs est limitée. Cette situation pousse le Portugal à se tourner vers ses colonies africaines et ainsi à lancer le commerce d’esclaves qui estorganisé en plein air dans les villes du Brésil. Comme les conditions de vie étaient déplorables, certains esclaves ont fui les plantations pour fonder les « quilombos » (communautés des évadés) jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1888.
Le métissage auBrésil commence à cette période, dans la région Sud plutôt entre Blancs et Noirs (les mulatos) et plus au Nord du pays où la population était plus pauvre et ne pouvait pas s’offrir d’esclaves. Le métissage était entre Blancs et Indiens (les caboclos). Le métissage entre Noirs et Indiens était aussi possible mais plus rare (le « cafuzo »).
En 1807, après l’invasion du Portugal par Napoléon, la couronne portugaise fuit le pays et s’installe à Rio de Janeiro. Rio de Janeiro est élu capitale du pays et de la couronne portugaise. Le roi Dom João VI fonde le Jardin Botanique,  importe des plants de café et débute l’exploitation de l’or de la région du Minas Gerais.
En 1822, contraint de rentrer en Europe, le roi laisse le Brésil à son fils le prince-régent Dom Pedro 1er qui déclare l’indépendance et s’autoproclame empereur (Imperador) du Brésil.
Incompétent, il abdique et son fils Dom Pedro III qui a uniquement 15 ans en 1831, régnera de 1840 à 1889.
Un coup d’Etat militaire avec le soutien des barons du café renverse le gouvernement et contraint Dom Pedro III à partir pour l’exil à Paris. En 1889 est née la République brésilienne et beaucoup d’autre nationalités migrent vers le Nouveau Monde (japonais, allemands, italiens, espagnols…).
La découverte de l’arbre à caoutchouc (hévéa) en Amazonie a donné un nouveau souffle à l’économie du pays (40% des revenus du pays provenaient de l’exportation du latex) et la ville de Manaus en 1912 était très prospère (électricité, tramways, théâtre).
Ente 1917 et 1920, le Brésil perd le monopole de l’exportation du caoutchouc et entre en guerre du côté des Alliés.
La crise de 1929 fait plonger le cours du café et provoque une crise du gouvernement : les militaires prennent le pouvoir et nomment Getulio Vargas à la présidence du pays.
En 1937, Vargas annonce des reformes de la constitution : c’est la ère du « Estado Novo » (centralisation du pouvoir, loi sur le salaire minimum et développement des  forces militaires).
1942 : le Brésil rentre en guerre aux côté des Etats-Unis.
1954 : suicide de Getulio Vargas suite aux pressions exercées par les militaires
1956 : Jucelino Kubitschek (« JK ») assume la présidence du pays et démarre le projet de construction de Brasilia (Oscar Niemeyer et Lucio Costa) et de nouvelles réformes sociales.
1962 : naissance de la Bossa-Nova  et du Cinema Novo
1964 : Coup d’Etat et mise en place de la dictature militaire qui durera pendant 20 ans. Terreur, exil d’intellectuels, répression.
1980 : Un mouvement militant mené par Luiz Inacio Lula da Silva (« Lula ») et une série des grèves suite à la baisse des salaires éclatent dans tout le pays. Fondation du Parti de Travailleurs (PT).
1984 : Création du mouvement des Sans Terre (MST) qui militent pour une réforme agraire.
1985 : Le Brésil organise les élections présidentielles. Le président élu Tancredo Neves succombe à un infarctus à la veille de son investiture et c’est son vice-président José Sarney, jusqu’alors soutien des militaires qui gouvernera jusqu’à 1989.
1989 : Première élection présidentiel démocratique, élection de Fernando Collor de Mello, destitué en 1992 par un mouvement d’indignation nationale suite à des affaires de corruption. Le vice-président Itamar Franco gouverne jusqu’à 1995.
1994 : Mise en place du plan Real (plano real), plan économique pour faire bloquer l’inflation (de 2 000 % en 1993 à 10% en 1994).
1995 : Fernando Henrique Cardoso (« FHC »), sociologue et économiste, créateur du Plano Real devient président et gouvernera jusqu’à 2001.
2002 : Après 3 échecs, Lula devient président de la république. Sa politique est basée sur la lutte contre les inégalités sociales (programme Fome Zero et Bolsa Familia).
2005 : Remboursement de la dette au FMI et bonne situation économique.
2006 : Réélection de Lula malgré les affaires de corruption au sein de son parti politique (PT). Le Brésil continue à montrer des signes positifs de croissance économique et s’affirme comme unes des grandes puissances mondiales à venir avec la Chine et l’Inde.
2010 : La constitution brésilienne interdit à Lula de briguer un 3ème mandant. Dilma Roussef, sa dauphine, est élue présidente du Brésil, une première dans l’histoire du pays.
2014 : Le Brésil accueille la Coupe du Monde de Football. Des nouvelles élections présidentielles auront lieu en octobre.

2/ Traditions

Population :

Le Brésil est le cinquième pays le plus peuplé au monde (201 millions d’habitants). 75% de sa population se concentre sur la côte, la région Sud-Est  et la région Sud.
Les brésiliens sont originaires du mélange entre Indiens (population native), Européens (les colonisateurs) et Noirs Africains (venus pendant l’époque de l’esclavage).

Chaque gamme de métissage à son nom propre :

  • « Caboclo ou Mameluco » : mélange entre un Blanc et un Indien.
  • « Mulato » : mélange entre un Blanc et un Noir.
  • « Cafuso » : mélange entre un Indien et un Noir.

Le Indiens sont les autochtones du Brésil. A l’arrivée des colonisateurs portugais, ils étaient environ 3 millions d’habitants. Actuellement, ils sont environ 700 000 répartis sur 200 tribus parlant environ 180 langues. Il existe plusieurs ethnies indiennes ; les plus connues étant les Arawaks (Yanomamis), les Panos, Les Caribes (ou Karibs), les Tupi-Guaranis et les Jês (ou Gés).
La FUNAI, Fondation Nationale de l’Indien, en partenariat avec le Ministère de l’Intérieur a été créée pour protéger les intérêts des indiens ainsi qu’une assistance sociale (soins médicaux, scolarité…).

Les premiers européens sont arrivés au Brésil en 1500 sur les côtes de Salvador.  Après l’abolition de l’esclavage entre 1890 et 1920, l’immigration a continué avec les Italiens, les Portugais et les Espagnols. D’autres migrants comme les Allemands, les Russes et le Japonais se sont installés au Brésil.

Les noirs-africains sont arrivées au Brésil pour servir de main d’œuvre à partir de 1530. Cette main d’œuvre esclave a été envoyée par les portugais depuis leurs colonies en Afrique (Guinée, Angola et Mozambique) ainsi que du Golf de Benin actuel Nigéria. Environ 4 millions d’Africain ont été envoyés au Brésil jusqu’à la fin du trafic en 1850. Après l’abolition de l’esclavage en 1888, ils ont trouvé la liberté mais sans aucune structure ni perspective.

Cuisine :

Le Brésil étant un pays très diversifié, sa cuisine pourra également vous surprendre. Traditionnellement, les « racines » de la cuisine brésilienne viennent du mélange de la cuisine indigène, portugaise et africaine.  
La base d’alimentation des brésiliens est le riz et les haricots (arroz com feijão), puis une viande (poisson, ou poulet) et des légumes. Au Nord-Est, ils ajoutent à ce plat la farine de manioc (pure ou sur forme de « farofa »).
Les fruits sont généralement proposés en dessert car la pâtisserie brésilienne n’est pas des meilleurs.
Voici quelques exemples de plats typiques de certaines régions du Brésil :

  • Feijoada, le plat national ! Généralement consommé le mercredi et le samedi dans tous les restaurants du pays. La composition est : haricots noir, porc (oreilles, pieds, queues, côte), poitrine et saucisses fumées, ail, oignons, feuilles de laurier. Pour accompagner ce ragout, il faut du riz blanc, de la farofa, du chou-vert et des quartiers d’orange (pour digérer !).
  • Farofa : très prisée de brésilien, elle est composée de farine de manioc que vous faites dorer avec des oignons, carotte râpée, un œuf, persil, sel et poivre.
  • Moqueca de peixe : plat typique du Nord-Eest du Brésil, il est composé de filets de poisson, poivrons, oignons, ail, tomate et coriandre, le tout agrémenté de lait de coco. L’huile utilisée pour faire revenir les légumes est « l’azeite de dendê » (huile de palme locale). Il est possible de remplacer le poisson par des crustacés et il existe également une version sans huile de palme (« ensopado de peixe »).
  • Vatapa, Carne de Sol, Acarajé, Bobo de Camarão, sont d’autres exemples de plats typiques de la région du Nord-Est.
  • Churrasco, la grillade de viande, est le plat typique de la convivialité brésilienne. Le week-end à la maison ou au bord de la plage, vous avez toujours un « churrasco » quelque part… Vous pourrez le déguster dans les nombreuses « churrascarias », les restaurants typiques de viande à la broche. Une expérience riche mais complétement différente de tout ce que vous pouvez connaître.
  • Tacaca est un plat de la région Amazonienne. Il est composé de manioc (dit tapioca), de crevettes sèches et de jambu, une plante typique de l’Amazonie.
  • Le Canard au Tucupi, le riz de Cucha ou le Pirarucu au four, sont d’autres exemples de plats typiques de la région Amazonienne.
  • Pão de queijo, petit en-cas fait de farine et de fromage :servis en entrée ou pour grignoter à l’apéritif.
  • Coxinha et Rissoles, sont également des en-cas typiquement brésiliens fourrés de viande ou crustacés, vendus partout dans le pays.

Les brésiliens aiment les sodas, toutefois vous avez plusieurs sortes de boissons typiques comme :

  • Coco : après l’effort, les brésiliens boivent l’eau de coco vert, c’est très bien pour récupérer les sels minéraux.
  • Caldo de cana : jus extrait de la canne à sucre, généralement servi avec des glaçons et un zeste de citron, très rafraîchissant !
  • Sucos, les jus de fruit sont très appréciés au Brésil. A chaque coin de rue, vous avez une « lanchonete » spécialisée dans le jus de fruit nature ou les « vitaminas » (à la place de l’eau, c’est du lait). Certains jus peuvent aussi être agrémentés de poudre de guarana (pour donner de l’énergie),  du granola (céréales), entre autres. N’oubliez pas d’y goûter !
    Vous avez une grande variété de fruits au Brésil. Voici les plus exotiques : Açai, Caja, Cupuaçu, Fruta do Conde, Graviola, Mangaba, Pinha, Pitanga, Saputi, Seriguela, entre autres.
  • Maté : c’est une herbe utilisée à l’époque coloniale et très typique de la région Sud du pays. Vous pouvez la boire en infusion glacée ou dans le « chimarão » comme les voisins argentins (dans une calebasse remplie d’eau chaude avec la paille).
  • Bière : comme il fait très chaud au Brésil, nous pouvons dire que c’est la « boisson nationale ». Il existe plusieurs brasseurs dans tout le pays, mais les marques les plus connues sont : Brahma, Antartica, Bohemia et Skol. La bière pression se dit « chope ».
  • Caipirinha : cocktail fait à base de la cachaça (alcool extrait de la canne à sucre), citron vert, sucre et glaçons. Nous vous conseillons de la déguster avec modération.
    Vous pourrez rencontrer plusieurs variantes de cocktails faits avec la cachaça comme : Batida de fruta (jus de fruit, cachaça, sucre et glaçon passés au mixeur), Caipifruta (fruit au choix, cachaça, sucre et glaçon) et aussi  Caipiroska ou Caipivodka, Caipisaké.

Religions et syncrétismes :

Le Brésil est l’un de plus grands pays catholique au monde. Toutefois, certaines sectes et l’église évangéliste commencent à prendre la place de l’église catholique tenue comme archaïque.
Il n’est pas possible de comptabiliser le nombre des religions existantes dans le pays, car chaque individu arrive avec ses croyances, cependant certaines ont été apportées par les Noirs-Africains comme le Candomblé (pratiqué dans tout le pays mais plus particulièrement à Salvador de Bahia) et l’umbanda (dérivé du candomblé) et le chamanisme apporté par les Indiens.

Musique :

Comme sa population, la musique brésilienne est très diversifiée. Elle est omniprésente et fait partie de la vie du brésilien.

La « Samba » est l’une des musiques les plus populaires du pays, née au début du XXème siècle. Dans les quartiers de Rio, le rythme est donné par la voix du chanteur et les percussions qui l’accompagne. Il existe plusieurs types de samba : la samba « canção » plus douce et mélodique,  la samba « enredo » des écoles de samba chantée pendant les défilés du Carnaval et le « chorinho » accompagné de guitares et flutes à la place des percussions.

La Bossa-Nova créée dans les années 50 par Vinicius de Moraes, João Gilberto et Antonio Carlos Jobim possède une mélodie douce et harmonieuse. Certains classiques de la Bossa-Nova ont été adaptés par des grands noms comme Franck Sinatra ou Stan Getz.

Le Tropicalisme est né à la période de la dictature militaire dans les années 60. Ses initiateurs sont Caetano Veloso et Gilberto Gil ; plutôt des chansons contestataires avec un mélange de musique électrique et rock. D’autres chanteurs ont suivi le mouvement comme Gal Costa, Maria Bethânia ou Jorge Ben Jor.

La MPB, la musique populaire brésilienne, est née dans les années 70 avec des chanteurs comme Chico Buarque, Elis Regina, Milton Nascimento et Djavan.
Certains artistes du tropicalisme se sont appropriés certains rythmes pour créer une nouvelle musique basée sur des rythmes africains comme Jorge Ben et Carlinhos Brow.
En 2003, Carlinhos Brow a créé le groupe les « Tribalistas » avec des grands noms de la MPB : Marisa Monte et  Arnaldo Antunes.

Le Forro, musique typique du Nord-Est composée de 3 instruments (triangle, accordéon et tambour), elle se danse à deux et le rythme est saccadé.
D’autres musique sont aussi connue de cette région : le mangue beat, le axé, le frevo et le carimbo.

3/ Personnages célèbres

Luis Inacio « Lula » da Silva : ancien président de la république
Jorge AMADO (écrivain)
Paulo COELHO (écrivain)
Sonia BRAGA (actrice)
Antonio Carlos Jobim ou « Tom Jobim » (musicien)
Vinicius de MORAES (musicien)
Chico BUARQUE (chanteur)
Hector BABENCO (cineaste)
Walter SALLES (cineaste)
Oscar NIEMEYER (architect)
Gisele BÜDCHEN (top model)
Adriana LIMA (top model)
Pelé (footballeur)
Ronaldo (footballeur)
Ayrton SENNA (coureur automobile)
Nelson PIQUET (coureur automobile)
Gustavo KUERTEN (tennisman)

 

Fêtes et traditions du Brésil

Fêtes importantes

Février ou Mars : Carnaval avec une fête de 4 jours (du samedi au mercredi des Cendres).
21 Avril : Tiradentes, jour qui rend hommage aux martyrs de l’Indépendance du Minas Gerais.
Juin : fête de la Saint Jean dans tout le pays, en portugais « festa junina ».
Fin juin à fin-août : fête typique de la région Nord et Nordeste le « bumba-meu-boi »
Juillet : vacances scolaires des brésiliens (hiver)
7 Septembre : jour de l’Indépendance du Brésil
12 octobre : fête de la sainte patronne du Brésil, « Nossa Senhora da Aparecida »
02 Novembre : jour des Morts
15 novembre : jour de la proclamation de la république
Décembre – Janvier : vacances scolaires des brésiliens (été)

Adresses Utiles au Brésil

1/ Ambassade du Brésil en France

34, cours Albert-1er – 75008 – Paris
Tél. : 01-45-61-63-00
Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 17h

Office du Tourisme du Brésil (Embratur)
www.visitbrazil.com

2/ Ambassade du Brésil en Belgique

Av. Louise, 350, boîte 5, Bruxelles 1050
Tél. : 02-640-20-15
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h30 à 18h.
bruxelas.itamaraty.gov.br/fr

3/ Ambassade du Brésil en Suisse

Monbijoustrasse 68, CH-3007 – Berne
Tél. : 031-371-85-15
Ouvert du lundi au vendredi de 09h à 13h et de 14h30 à 17h.
berna.itamaraty.gov.br/fr

4/ Ambassade et Consulat de France au Brésil

Ambassade
Av. das Nações, Quadra 809, Lote 32, Brasilia
Tél. : (061) 32-22-39-99
www.ambafrance-br.org

Consulat
Av. Presidente Antônio Carlos, 58 - Centro
Tél. : (021) 39-74-66-99

Demandez votre devis Ou contactez votre spécialiste au : 04 50 46 41 55